Louis Kervran transmutations a faible energie

Avatar du membre
Jean-Pierre Martinez
Messages : 4301
Enregistré le : lun. 5 nov. 2007 21:33
Localisation : Limousin - Marval (87)
Contact :

Un resumé d'un livre de louis kervran
Corentin Louis Kervran. Transmutations à faible énergie ; naturelles et biologiques.

380 pages. 1972 Edition Librairie Maloine.

Du même auteur : Transmutations naturelles 1966

Preuves relatives à la transmutation biologique 1968

Les transmutations biologiques en agronomie 1970. et voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Corentin_Louis_Kervran

Avant propos

Première publication en 1960. « Les bilans chimiques non nuls en biologie ne peuvent s’expliquer que par une transformation des éléments qui disparaissent ou apparaissent ». Des centaines d’articles ont fait connaître ce livre.

Divers auteurs, médecins, agronomes en ont fait état dans leurs ouvrages.

« Les physiciens reconnaissent que ce phénomène de transmutation est complètement différent de ce que nous savons en physique nucléaire ».

Encouragements de divers savants, dont J. Vergne, école vétérinaire d’Alfort ;

Dr. Reinberg, Maitre de recherche au CNRS, directeur du Laboratoire de Physiologie de la Fondation A.de Rothschild ; P.Lépine, membre de l’Académie de Médecine ; physicien H.L. Armstrong, Queeen’s University de Kingston, Ontario ; etc.

Les lois en physique nucléaire ne sont pas valables en biologie. Schrödinger l’a reconnu. Les postulats de base de E=Mc² ne sont pas partout valables…

Introduction

Dans ses publications, Kervran a montré que des transmutions d’éléments se produisent dans les phénomènes biologiques, suivant des lois : déplacement de noyaux d’hydrogène, d’oxygène, de carbone. Ce ne sont pas les réactions de la physique nucléaire.

Historique général.

Il y a des recherches faites sur la transmutation depuis 150 ans et plus…

1799 : Vauquelin constate que les poules nourries à l’avoine rejettent 5 fois plus de calcium qu’ingéré.

1822 : Prout : augmentation du calcium dans l’œuf de poule

1831 : Chaubard cite une expérience controlée : 5g de cresson germent dans de l’eau distillée. Augmentation des quantités d’Al, chaux, oxyde de fer, manganèse…

Expérience reprise par Vogel 1844 . Augmentation du souffre. Expérience cité brièvement par Berzélius dans son grand traité de chimie, 1849.

1856-1873 Lauves et Gilbert constatent une augmentation du magnésium sur la germination de ray-grass, et orge, confirmé en 1970 en hors-sol par le Dc Long (Directeur du Michaelis Nutritionnal Rescearch Laboratory)

1875-1883 : nombreuses études de Von Herzeele. Conclut à l’existence de transmutations. Chercheur occulté.

[…]

1921-1928 : Freundler, la Sorbonne : production d’iode à partir d’étain par les laminaires

1935 : Yves Colin. Germination de lentilles. Baisse du phosphore

1970 : J. E. Zundel. Germination d’avoine dans un milieu nutritif. Il y a 6 fois plus de Ca dans les graines germées.
__________________________

Première partie. Préliminaire

Exemple d’expérience très simple prouvant qu’il y a transmutation.

Prendre des lots de 100 graines d’avoines triées, de même masse à 5% près.

Mesurer sur plusieurs lots le poids de Ca.

Utiliser une boite Petri diamètre 90mm. Eau distillée. Au 3ème jour, une solution fertilisante (cf Transmutation biologique en agronomie)

Analyse à faire à la station agronomique départementale.

Exemple de résultat : masse d’une graine (avoine noire du prieuré): 37 milligramme. 0,0348 mg de calcium par graine en dormance, et 0,155mg après 44 jours de germination.

A grand échelle, l’avoine apporte du calcium dans les champs.

____________________________

Deuxième partie. Transmutations du sodium, du magnésium, du potassium et du calcium.

Chapitre I. Rappel des lois.

Il y a des passages de noyaux de H, C, O, parfois N.

On parle de frittage et clivage, plutôt que de fusion et fission.

Symbole utilisé pour les réactions : : = :

Modèle de noyau à groupe de nucléons (« cluster model »), plutôt qu’un paquet de nucléons tous ensembles. Voir Annexe II.


Il y a peut-être une place pour le noyau de lithium (lithion) : O+Li : = : Na

Exemple de réaction : O + O : = : S

O + O + Li : = : Na + O : = : K

Il n’y a probablement pas de mouvement de noyau d’hélium comme on voit en radioactivité.


Le calcium n’est peut-être pas un concept valide en biologie…

« Ceci ne signifie pas qu’il faille modifier la chimie, la chimie est le stade final, perceptible à nos sens, et c’est par des analyses chimiques qu’il a été possible de mettre en évidence les transmutations »…



Chapitre II . Liens entre Na, Mg, K , Ca

Exemple des travailleurs du Sahara. Les ouvriers du pétrole avaient des bilans thermiques impossibles (ils auraient dû mourir d’hyperthermie) en même temps que des bilans matière anormaux.

Le rapport K/Na dans les excrétions des travailleurs augmentent avec la température. ¼ du Na absorbé ne sont pas rejeté soit 1,28g/jour en moyenne. En 6 mois, 1kg de NaCl n’a pas pu être stocké dans le corps.

« Le déséquilibre thermique moyen a été sur 6 mois de 1860 kcal et seule une production endogène de potassium explique le maintien de l’équilibre. » Il y a corrélation entre des courbes d’apport thermique et de K/Na, de mai à septembre.

Réaction endothermique calculée : Na + O : = : K absorbe 3,9 keV

Transmutation due à l’aldostrerone ?

Il sort plus de Cl qu’il n’en rentre ; en moyenne -2,26g/j .Pas de perte de sel dans le sang.

Pour le magnésium, les excrétions représentent 2,5 fois la quantité totale contenue dans le corps, il ne peut s’agir d’un déstockage.



808 analyses ont été faites sur ce qui a été ingéré et excrété par ces travailleurs.

1959, Jacques Soustele, Ministère du Sahara, charge Kervran d’une mission pour avoir une explication au comportement à la chaleur des travailleurs du pétrole. Dr Borray, directeur général de PROZUHA (problèmes humains en zone aride) complète les résultats, 1963.

E.Moreigne découvre aussi des résultats aberrants(revue de corps de santé des Armées, médecine navale, juin 1962).



Chapitre III. La transmutation réversible du Magnésium en Calcium

L’organisme animal fait : Mg + O : = : Ca

Des bactéries font l’inverse (production de dolomies dans des calcaires)

Les plantes emportent entre 20 et 50kg/ha.an de Mg. Si on apporte de la chaux, les plantes s’enrichissent en Mg, sans que la terre ne s’épuise (reste à 75kg/ha de terre à peu près constant).

Germination du cresson : hausse de Ca, baisse de Mg

Travailleurs du sahara : en moyenne 0,314 g de Mg absorbé par j, 0,57 excrétés (+80%). Stock de Mg dans l’homme : 25g, notament dans les os.

Par crainte d’hypomagnésie, on augmente les apports de Mg sur les travailleurs.

Ingestion Excretion Bilan mg/jour.hommes

Avril 220 530 -310

Aout 395 1047 -652

Il sort 61g de Mg de manière inexplicable. Et si on perd 5g de Mg, on a des troubles graves.



2 12C et 24Mg sont à peu près la même chose pour la nature. Idem 2N et Si.

Réflexions : en cas de leucémie, il peut y avoir 19 fois plus de Zn dans le sang que la normal. Pour le diabète, c’est une carence en Zn. Existe-t-il des leucémiques diabétiques ?

Les ouvriers du zinc n’ont pas plus de leucémie que la moyenne il semble.

Mg s’oppose à Zn.

Boire de l’eau de mer diluée 4 fois augmente d’un facteur 10 la teneur en magnésium du sang.



Chapite IV . Liens Potassium-sodium-calcium.

Rappel : k+H : = : Ca ; Na+O : = : K ; ( K – C: = : Al : jamais observé)



p.67. Recherche faite par la CECA [future CEE] par le prof Lehmann, institut Max Planck de Physiologie du travail, banlieue de Dortmund. Rapport K/Na dans la sueur de personne travaillant à haute température. Il y a augmentation de K/Na avec T (1 à 18°C ; 2,5 à 36°C)

Na + O à K d’après Kervran.

Vu aussi chez les poissons d’eau douce mis dans l’eau salée au NaCl : dans leur sang, Na augmente, K aussi.



P72. Infarctus de myocarde . « [Des médecins ] m’ont demandé de leur exposer le mécanisme[…] de l’accroissement de potassium dans le sang, en régime carencé en potassium. ». Montée de potassium dans le sang implique maladie, syncopes.

Il y a du K dans la cellule et du Na dans le milieu extra-cellulaireàl’ensemble forme une « pile » qui aliment les nerfs. S’il y a un mauvais mélange, il y a arrêt de l’influx nerveux, syncope.

Des médecins ont pensé à un régime sans K pour éviter une montée dangereuse, ça n’ pas fonctionné. Pas plus que l’ajout de NaCl.

Le vrai problème : « Un dérèglement hormonal (de la surrénale) provoque la synthèse continu d’aldostérone transmutant le Na du sang en potassium » à ne pas avaler de Na (régime sans sel). S’occuper de la surrénale.

Maladie d’Addison : K devient Ca. Maladie de Cushing : Ca devient K



Chapitre V. Transmutation réversible du potassium en calcium

Les poules qui mangent du mica (sillicate d’alumine+ silicate de potassium) sur un terrain granitique pondent des œufs à coquille dure, avec du calcium.

Expérience faite 3 fois en 40j sur un élevage de pintade : interruption de l’administration de mica, dès le lendemain on avait un œuf à coquille molle.



Formation de salpètre (N, K) sur un mur de chaux (CaCO). Les essais pour faire du K avec du Ca ont échoué, inutile de chercher la bactérie. C’est plus difficile que la nitrification…



Sur le calcaire : danger d’avoir un régime riche en calcium. Le calcaire va se déposer et encrasser l’organisme. Le calcium est produit par l’organisme ce serait celui-là qui est utilisable...

_________________________

Troisième partie. Métabolisme de la silice organique.



Chapitre 1. Application du silicium à la genèse du calcium.

Si + C : = : Ca . Rôle organique du Silicium. On a vu des tuberculeux se recalcifier avec du Si de prêle (Pierre Jousset, 1846, hotpital St-Jacques). Les lichens font du calcium avec du granit. Les paquerettes viennent recalcifier un sol, elles apparaissent dans un gazon quand il y a carence de Ca (E. Pfeiffer)

Mg + O : = : Si+C : = : Ca ; Mg : = : 2C ; Si : = : C+O

Le silicium aide à faire du calcium, à soigner les fractures (expérience avec des rats blessés à qui ont administre du Si ou pas, le Si est efficace, les rats qui en prennent se réparent plus vite)



Chapitre II Travaux antérieurs

Dans les ères géologiques, il y a de plus en plus de Ca avec le temps. Craie pure au crétacé.



Administrer du Si contre les rhumatismes : efficace contre les rhumatismes (Dr Charnot, laboratoire de toxicologie à l’institut d’hygyène du Maroc). Le Si minéral déminéralise, la silice organique recalcifie.

La silice soigne beaucoup de maladies, mais on ne sait pas pourquoi, d’où retrait de la prêle (riche en Si) du Codex. Pour la santé : manger 5g/j de prêle séchée en poudre.

Les enzymes pour calcifier sont présentes dans les graines germées, les jeunes plantes vertes. La silicose (trop de Si minéral) peut-elle être combattue avec du Si organique ?

Poules : dans le mica SiK, c’est K qui donne Ca.

Fluor : F + C : = : P ; C + Li : = : F

Une fois un animal mort, le taux de fluor augmente dans ses os, ce qui sert à dater les fossiles, mais cela reste inexplicable par la science classique. Ont été émises des hypothèses de migration du F vers les os, ça n’a pas été vérifié et ça ne tient pas la route..



Ca - C : = : Si (lire : « calcium moins carbone donne silicium »): est-ce possible ? à voir. Lors du ravalement de Notre-Dame à Paris, on a trouvé du Si sous la couche de carbone, sur la pierre calcaire.



Chapite III Formation du squelette du poussin

p.127. Dans l’œuf de la poule fécondé, quantité de calcaire en fonction du temps :

Jour 1 : 0,094 g; jour 10 : 0,105g ; 15 : 0,114 ; 17 : 0,185 ; 21 : 0,389 (Prout, 1822)

Pas d’apport de la coquille (vérifié plusieurs fois au 19ème siècle) La membre est imperméable. Il n’y a jamais eu de réfutation des résultats de Prout, dont les résultats semblent avoir bien gêné des savants au XIXème sicèle.

Delezemmme et Fournau, 1918, obtiennent des résultats semblables à Prout.

Explication de Kervran : le Ca vient du K et Si organiques de la membrane.

_____________________________

Quatrième partie. Azote ; souffre/phosphore ; cuivre/fer/vanadium ; fer/manganèse

Chapitre I. Oxycarbonémie sans respiration de CO

Années 50 : il y eut beaucoup d’intoxication au CO dans des usines, sans trace de CO dans l’air. Il y eut des études sur le sujet dans divers pays.

Exemple en France, par le laboratoire de la sécurité sociale...

Air analysé sur les narines des ouvriers : il y a 1/100 000 de CO dans l’air, alors que le danger est à 1/20000 . Des ouvriers atteignent quand même le seuil de danger, avec du CO dans le sang à 15 cm3/l (contre 4 si tout va bien)

Hypothèse : c’est que l’air ayant passé sur le métal ferreux incandescent devient « métastable », le N2 devient CO dans le corps à recommandation pour ne pas respirer cet air : souffler plutot qu’aspirer l’air sur les poste de travail.

Une étude en 1961 montre que 1/5 des soudeurs à l’arc sont en danger. Ni l’arc ni le chalumeau ne produisent du CO.



Page 143. En haute atmosphère (300km), on a O2 dissocié, mais pas N2. « In vivo, on retrouve aussi l’atome d’oxygène seul. Les enzymes de l’animal ou de la plante émettraient donc une énergie équivalente à celle d’un photon associé à l’UV, et ceci expliquerait que l’oxigène, dans les réactions nuclido-biologiques, n’est jamais sous la forme O2, mais toujours O, tandis qu’on n’a pas de réaction nuclido-biologique avec N, mais seulement avec N2 ». « A la limite inférieure de la thermosphère, là où N2 commence à se dissocier, on passe par le silicium, révélé par des raies intenses de Si2+ à 1808 et 1817 angstrom ».

N2 à CO ? M.Loeper, autorité du domaine, suppose une mauvaise oxydation du sang, où apparaît CO à la place de CO. Ce fut réfuté par Desoille, 1963.

Le « mal du caisson », une intoxication au CO en plongée sous-marine est dû à l’azote, c’est connu. Mais c’est parce qu’il se transforme en CO. On remplace N2 par He dans les bouteilles de plongée, mais C et O sont toujours là, il n’ont rien à voir.

Il y a de nombreux points communs entre N2 et CO (listé dans le livre…)

Cas d’intoxication au CO avec des poêles chauffés au rouge ; or il y a combustion complète, donc pas de CO. Comme explication donnée en science classique, il y eut un mythique « décarburation de la fonte », qui ne tient pas….

Expériences faites : il y a des intoxications avec une plaque à 1000°C et pas à 400°C



Azote : les engrais et l’atmosphère apportent 70 kg/ha.an de N, il y a perte de 150 kg.

Les bactéries des légumineuses fixent-elles ou produisent-elle l’azote ?

Vie silicophage : Si à N2à CO. Des bactéries vivent dans et de la silice (SiO2), cas de « maladies de la pierre ».

On suppose que ces bactéries obtiennent O de SiO2 ; donc on devrait retrouver du silicium pur dans ces pierres malades, ce qui n’est pas le cas.

Mystère de la nitrification. Mécanismes inconnus. Les animaux et plantes semblent incapable d’utiliser l’azote de l’air.

Conclusion : il existerait des molécules de N2 et de CO indiscernables par les chimistes.

N2 + 112eV à CO (calculé dans un autre livre)



Chapitre II. Passage du souffre au phosphore.

Hausse de souffre lors de la germination, signalée par Vogel, 1844. Etudié par Von Herzeele.

Rapports de nombreuses expériences de Von Herzeele, avec variations d’éléments.

P augmente, N diminue en anaérobie, cf prof Komaki.

Vauquelin avait constaté des hausses de P, de CaCO, baisse de Si….

Conclu : il n’y a pas de règle générale simple.



Chapitre III. Liens fer - cuivre - vanadium

Fe plus ou moins Li donne Cu ou V

Feà Cu et Fe à V sont plus les réactions plus répandues que le sens inverse.

Ce sont les 3 éléments de pigments de la respiration. Fe chez les vertébrés, Cu chez les céphalopodes, mollusques, crustacées, V chez les tuniciers, ascidies.

5626Fe-63Li : = : 5023V : on peut trouver les bactéries et faire une production industrielle de V.



Fer en médecine : rôle et régulation mal connu. Cuivre : 1-2mg de Cu /kg dans l’animal, mais 400mG dans le foie : lieu de production du cuivre ?

L’orge est sensible à la carence en cuivre : il ne sait pas en fabriquer.

Liens Fe-Cu. Maladie de Wilson chez l’enfant : trop de cuivre produit dans le corps, paralysie, mort…

Selon A. Voisin : farine blanchi, engrais azotés (donne plante carencé en Cu), trop de viande à manque de Cu pour le corps humainsà co-facteur de cancer. Difficile à étudier, lien Cancer-Cu-Mg-Zn-Fe trop complexes…



Il y a une installation industrielle aux USA où des bactéries extraient le Cu de gisements pauvres (transformation de Fe).

Dans les pays tropicaux, sous l’action de micro-organismes, les lignes en cuivres se recouvrent d’un pellicule de fer.

Présence de souffre dans la réaction : le S serait un concentré de O2 face à la violence des réactions métalliques.



Chapitre V. Liens manganèse-fer.

Formation de Mn transmuté sur des pierres à Benteay Srei, au Cambodge. Partie extérieure des pierres noircie, à 5-15% de Fe et 5 % de Mn. Il n’y a que 0,05% de Mn à l’intérieur de la pierre. Pas de migration, et même si c’est le cas il y a beaucoup plus de Mn dans la roche externe que dans tout l’intérieur.

Donc : Fe – H : = : Mn . Réaction ayant lieu en milieu humide.

Exemple aussi des dessins pré-historiques faits en argile ferrugineuse, devenues oxydes de Mn, grotte de Nioux, Ariège.

___________________________

Cinquième partie

Chapitre 1. Les transmutations biologiques devant les lois d’Einstein et de la mécanique ondulatoire.

Les postulats de la théorie de la relativité ne s’appliquent pas en biologie, ni l’équivalence masse-énergie.

Incomplétudes des relativités restreintes et générales…

N’expliquent pas ce qui se passe dans l’atome. La densité de matière est très grande près du noyau à espace non euclidien d’après la relativité générale (J.Charon), théorie elle-même insuffisante dans le vivant.

E=Mc² ? Vue de l’esprit, la matière ne disparaît pas, elle se transforme, on ne fait pas disparaître des atome, on libère l’énergie de liaison. En biologie : pas de déplacement de neutron seul, seulement des groupe H, O, C (et parfois Li, B). Rien à voir avec ce qui se passe en physique nucléaire donc.



Remise en cause de la conservation de l’énergie (cas de conservation de l’étrangeté, JM Levy-Leblond), remise en cause de l’expérience de Michelson (vitesse de la lumière).

Les lois n’ont pas de portée générale. « Le propre de la vie serait lutter contre certaines lois de la physique »(Dr J.A. Butler) . Genre d’idée présente chez Schrödinger (« What is life ? »), Einstein, Bergson, Boltzmann...Polonsky : « Le postulat de Carnot ne semble pas respecté » dans le vivantà notion de néguentropie.

M.Pretre : les êtres vivants utilisent l’azote, mais in vitro il ne réagit qu’avec le recours à l’arc électrique, en haute pression ou haute température.

Thomson, Lord Raleigh, De Puymorin : cas de décharge électrique dans un gaz qui lui donne une énergie très grande, inexplicable.



Chapitre II Application à la géologie.

L’algue diatomée fabrique du Si, au point de boucher des lacs (JM Péres)

Ca – O à Mg : observable sur les roches dolomies.

Le P vient du Ca. Sous terre, il n’y a pas de phosphore, il y a du du calcium sous les gisements de P.

Autre possibilité : 15N+16O := : 31P dans le lisier. Pas de production de radioactivité. Vérifié au centre d’étude nucléaire de Saclay : tout l’azote 15 (0,36% de l’azote) est devevu phosphore en 3 jours de fermentation.

Peu de fossiles antécambréens : il n’y avait pas de squelette au calcium, il y avait peu de calcaire dans les océans à cette époque.

Et puis comment le calcium pourrait-il se recycler alors que les être vivants sont près de la surface de l’océan, et leur cadavre tombe au fond ?

W.Nieuwenkamp, 1956, se demande d’où vient le Na, il y en a 25 fois plus dans les sédiments que dans les océans.

Théorie officielle : les petits animaux filtre le Ca de l’océan. Mais le calcul montre que l’épaisseur des bancs de calcaire est incompatible avec le volume dans l’eau des mers.



Le homard peut faire sa carapace dans une eau sans calcium, s’il y a Mg. Expérience vérifiée : en 10 semaines, augmentation de 690% de Ca.



Apparitions d’élément sur lesquelles on ne s’attarde pas : précis de géologie, Moret (édition Mosson, 1967). Partant de boue (Si, Al), le moule devient gris, puis brunatre, l’argile est remplacé par du peroxyde de fer. « Dans un stade ultérieur, la postasse est progressivemet transformée en silicate ferro-potassique hydratée » (glaucomie). Mystère pour les auteurs.



Ouvrage de géologie pour classe de 4ème , 1970: « La décalcification des couches superficielle (de craie) a produit une couche d’argile à silex épaisse de plusieurs mètres ». La décalcification ( ?)produit de l’argile ?

Ailleurs : « La meulière est une pierre siliceuse, provenant de la transformation du calcaire ».

Explications classiques difficiles. R.Furon, célèbre géologue, a soutenu Kervran. Et aussi Jean Lombard, et G.Choubert.

Transmutation non biologique : la formation du granite. « Les plissement tectoniques dont la pression jointe à la chaleur fluidifie les roches et permet de telles transmutations.

______________________



Annexe 1 : Enrichir des minerais en Mn par voie biologique.

Passer de 7 à 50% de Mn grâce à des bactéries. Perkins et Novielli, 1958.



Annexe 2 : Modèles schématiques des noyaux atomiques et leur variation dans nos transmutations.

« Il n’est pas impossible qu’on arrive à photographier un atome ».

Atomes non en grappe de protons et neutrons, mais groupes de He + protons « célibataires ».

Me contacter pour en savoir plus sur l’annexe 2…

Addenda : « Métabolisme aberrant de l’azote, potassium, magnésium. » 80 pages, livre de 1961











Addenda. « Transmutations biologique » - 1961

Préfaces de Albert Besson, membre de l’académie nationale de Médecine, membre de l’académie d’agricultue de France, inspecteur général d’hygiène ;

et du Prof. L.Tanon, président de l’académie de médecine, président du conseil supérieur d’hygiène.



Première partie. Les liens azote-oxyde de carbone ; ammoniac-hydrates de carbone ; azote-silice

« Lorsque j’ai exposé que l’azote pouvait devenir oxyde de carbone, et commenté les expériences qui le montraient, il me fut parfois dit que cétait là une « explication » à laquelle personne n’avait jamais songé, « audacieuse » me dirent même certains auditeurs […] »

2 N : = : C + O explique ce sur quoi bien des échecs antérieurs.

Dans certains cas 2 N : = : Si, ceci éclaire d’un jour nouveau ce que sont les silicones.

Terroine, 1933 se demande s’il existe des fuites d’azote.

« Si on donne à un chien, par période successives, 15 puis 30, enfin 45 g d’azote par jour (calculés d’après le poids de viande ingéré), il rejette corrélativement 0,3 -0,55-0,67g/j .

Plus on augmente l’ingestion, plus la proportion rejeté est faible. Ce serait l’inverse si c’était un déchet alimentaire ».

On ligature une anse de l’intestin d’un animal, au bout de qq jours, qui n’a rien pu recevoir, contient un bouchon de substance azotées.

Un homme absorbe 0,3g/j d’azote et rejette en moyenne 0,5g/j par l’instestin. Il rejette 0,3g le dixième jour d’un jeûne total.



Mise à jeûn de rat. Bilan anormaux d’azote. Le rat survit en transmutant l’azote de ses protéïnes en glucides et lipides.



Les carnivore qui recoivent beaucoup de N, en fabriquent et excrètent peu (il font des composés hydrocarbonés avec), les herbivores c’est le contraire. Ce sont des bactéries de l’intestins qui font de la nitrification ou de la dénitrification par transmutation.

Hypothèse qui a été émise : les bactéries prennent l’azote de l’air

Réfutation : il n’y a pas eu de mesure de la quantité d’air dans l’intestin et du renouvellement. Et « si la production endogène d’azote venait de l’air et se fixait organiquement dans les molécules de matière fécales, ceci serait toujours vrai, et indépendemment de la teneur en azote de l’alimentation », ce qui vient d’être réfuté.



Dans les plante : si on laisse mourir un feuille dans le noir : 13,64 mg d’azote organique, au bout de 10j : 22,8mg d’azote minéral NH3. 82mg de carbone ont disparu.

Formation de NH3 à partir des hydrate de carbone de la cellulose.

Zaleski 1897 : formation de proteine dans les feuilles dans le noir. Et « La protéogenèse est plus intense si les feuilles sont prélevées sur des organismes en faim d’azote ».



On donne beaucoup d’azote aux plantes pour qu’elles poussent, mais celle-ci produisent des tiges, des feuilles qui contiennent surtout des composés carbonés et très peu de protéïnes.



Cas des poêles portés au rouge qui intoxiquaient au CO les élèves, avant 1912, qui a longtemps intrigué Kervran. Une combustion vive ne forme pas de CO2. Et le poêle tire très bien les gaz, en fonctionnant au mieux, le CO éventuel ne pourrait s’échapper.

Recherche sur les ouvriers intoxiqué au CO, 1960. Diverses publications dont Science et vie, décembre 1960.

N2 à C + O . « Ceci recoupait bien toute la littérature relative au métabolisme de l’azote et éclairait soudainement tout ce qui était resté aberrant de ce métabolisme ».

Tentative de modèle. Les nucléons seraient comme mélangé avec un colle poisseuse, ce qui permet certains arrangements. « La nature est incapable de briser la bille carbone ou oxygène, il n’y a pas de fission, mais sous l’action d’une faible pression, avec une faible énergie, on peut faire glisser la bille oxygène, l’amener à être séparée de la bille carbone par la colle qui s’étire (ce que nous avons appelé la position métastable ».

Diverses considération sur les réactions en jeu…



Deuxième partie. Le Potassium, énigmes de son métabolisme.



Na

/ \

+O +H

/ \

K Mg

\ /

+H +O

\ /

Ca



Relations entre K et Ca. Il n’y a pas de stock de K chez les animaux.

Fuite de K chez certaines personnes. Ne pas en donner en s’imaginant qu’il y aura manque. En fait K est rejeté comme déchet.



Travaux sur le potassium.

Expérience sur les poules. Redonner du mica à une poule qui pond de coquille à œuf mou lui redonne des œufs durs.

K + H : = : Ca

Des radios ont fait connaître ces travaux, 1961

Evidence de transmutations avec les poules sur sols granitique. Idem pour le salpêtre qui se forme sur mur de chaux.



Na + O : = : K chez les travailleurs du Sahara.

Bilan thermique

Actif

Métabolisme de bas et travaile : 2150kcal/j

Chaleur reçue de l’extérieur : soleil, air plus chaud que la peau parfois : 4000 kcal/j en été

Soit +7000 kcal

Passif

Sueur : 580 kcal/litre d’eau, 4,1litre/j en moyenne : 2380kcal/j



Déséquilibre de +1860 kcal/j en moyenne (409 en avril, 3923 en juillet)

kcal K/Na

Mai 1348 0.76

Juillet 3923 1.54

Septembre 1479 1.11

Maintien de l’équilibre thermique en transformant le Na en K.

D’instinct, les ouvrier ont mangé du sel.

90 000 kcal en tout pour 23 g de sodium transmuté en K...on en déduit 4keV par absorbé par mol.

Soit 2000 fois d’énergie moins que pour enlever un nucléon à un noyau d’oxygène (7,96MeV) mais ce en supposant que tous les nucléons en une sphère homogène, ce qui est faux.. C’est aussi 45 fois plus d’énergie qu’une réaction chimique comme C+O2à CO2.



Conséquence parmi d’autres : revoir les bilans caloriques des repas qui ne se basent que sur l’énergie chimique.



La question des masses atomiques.

- Les valeurs d’énergie de liaison ne sont que des moyennes, à partir d’hypothèse simplificatrices. La forme des petits noyaux ne peuvent pas être proche de la sphère. «Il est donc faux de calculer l’énergie de liaison, dans nos réactions, en utilisant la loi d’Einstein de perte de masses, en prennant les masses dans les tables des ouvrages de physique. » Dans les réactions c’est O et H qui se déplace, noyaux faiblement liés (l’énergie du réarrangement du cortège électronique est négligeable)

- Fausseté en bio des masses exactes des tables d’éléments. 3du potassium biologique n’est pas du potassium minéral. Il n’y a pas un, mais plusieurs potassiums ».

- Les masses atomiques avec 6 décimales sont celles des éléments naturels minéraux, sont arbitraire cas il a fallu se mettre d’accord sur l’élément qui servirait de comparaison.

Dans le vivant il y a des masses atomiques différentes pour chaque tissu.

Remy dans « Treatise on inorganic chemistry » cite Brewer : le rapport entre K39 et K41 montre un enrichissmenet de plus de 10% de K41. Loring et Bruce : jusquà +15% de K41 dans certaines variéts de pommes de terre (masse de 39,136 contre 39,096 dans le K marin). La nature fait donc des raction en distinguant les isotopes.

Le K42 permet de suivre le cheminement du K dans l’organisme en médecine, mais ça n’indique pas qu’un autre isotope se comporte de la même façon.

S 35 ne peut devenir P31. Un traceur radioactif ne peut nous renseigner sur les transmutations.



L’aldostérone, un des 17 désoxycorticoïdes, serait à l’origine des transmutations NaàK . « En administrant de l’aldostérone à un rat surrénaloectomisé, on a constaté une baisse très sensible de Na dans l’urine, et une très sensible augmentation de K, sensiblement proportionnelle à la quantité d’aldostérone administrée. » Agit aussi sur Na/k dans la salive, la sueur.



En physique : N + O donne K serait exothermique, mais en biologie elle est endothermique.

C’est que le potassium biologique n’est pas le K39, mais un mélange isotopique, pareil pour O.

Masses en jeu (par exemple) : 16,00441+22,99705 = 39,00146 . Alors que le K minéral et à 39,00146



Autre observation sur la forme de noyaux par groupes de nucléons, plutot qu’en ensemble homgène : « L’étude des effets biologiques des radiations ionisantes montre qu’en fait celles-ci ont principalement pour effet de détacher surtout des noyaux d’oxygène des ions minéraux, de sorte que l’oxygène est libéré dans les cellules. Cet oxygène agit chimiquement sur les constituants de la cellule et produit diverses substances toxiques qui la tuent. » Pour lutter contre ces effet, absorber avant l’irradiation des substances anti-oxygène qui absorbent l’O en excès.



« Seul, sans aide financière, sans moyens matériels, ne disposant que du concours bénévole et très sporadique d’amis […], il ne nous a pas été possible de tout voir ».

Troisième partie. Le magnésium, production endogène.

« Le lien entre dolomies et calcaire est bien connu, quoique reste inexpliqué : on le constate, c’est tout ! ». Concepts étranges appelé pour masquer l’ignorance : « consanguinités des carbonates de chaux et de magnésie », « parenté génétique », « genèse unitaire », etc…

Enrichissement des dolomies en magnésie au sein des calcaire : une « métasomatose ».

Dans les eaux marines chaudes, les algues , coquillages, coraux fixent le Mg de l’eau et le transforment en Ca, Mg et Ca sont toujours ensemble.



Remarques d’analyse abérrantes dans le passé :

Gortner, 1929.

W. Brandfield : « Continuous Creaton », 1950 : les plantes cultivées dans de l’eau sans Mg continnent du Mg dans les chloroplastes pour la photosynthèse. Autres données abérrantes dans ces livres.

Hunter, 1942 « on admet souvent que K+ Ca+ Mg reste pratiquement constant ».

D.Bertrand. : la chaux rend mobilisable le magnésium. Pas la peine de mettre du Mg dans les champs, juste de la chaux.

Le cultivateur ne se soucie pas du Mg, il vient tout seul.

12,8 kg de Mg enlevé par ha et an par le blé, 54,5 par le maïs, (grain et paille) etc. La terre contient entre 30 et 120kg/ha. Les terres devrait être épuisées. Bertrand ne voit pas d’explication.

Chez les animaux : régulation du Mg sanguin reste mystérieuse.

Mendel, Benedict et Bogerth : « un régime riche en Ca augmente l’élimination de Mg et accroît donc les besoins » chez le rat. Alors que Mg est un déchet…

Chez les travailleurs du Sahara : production de Mg.

Bactéries : production de Ca et Mg à partir de Na dans les lacs salées.



Conclusion : refus de l’universalité de la loi E=mc².
source : http://jeuf.free.fr/transmut.htm
Jean-Pierre Martinez

elementerre, non ?
----------------------------------
Découvrez les prochains stages
Découvrez la chaine youtube

Retourner vers « Livres »